De la materia prima à l’empreinte primitive

De la materia prima à l’empreinte primitive

Au commencement était la matière. L’argile, belle, brute et informe. C’est à cette matière première, originelle et en devenir, que sera conférée la vie par la forme imprégnée.

La triade d’artisans formée par Mohamed Mansour et Adel Belhaj, modeleurs et mouleurs, et Imad Issa, mouleur, prépare l’argile, la tire de son magma originel et recourt aux différentes techniques de moulage pour lui imprimer formes et couleurs, le tout sous l’œil vigilant du designer et inventeur François Azambourg.

Le  groupe décide d’explorer les possibilités de réaliser des empreintes de poissons et de crustacés en céramique. Ceux-ci inspirent formes et couleurs et constituent l’étalon qui dimensionne les plats produits. Véritable défi technique, la réalisation confronte la matière première aux limites des moules ordinaires et à la réalité physique des spécimens achetés sur le marché local. L’atelier opère une rupture fondamentale avec les moyens de conception et de fabrication classiques.